Francenanorecif

Crustacés : les squilles

Nom Scientifique

Gonodactyllus sp., Haptosquilla sp. Odontodactyllus sp., Pseudosquilla sp.

Famille

Stomatopodes

Nom Commun

Squille, Crevette Mante

Nom Anglais

Mantis Shrimp, Thumb Splitters

Description

Il existe environ 400 espèces espèces connues de squilles. Leur aspect général les fait souvent confondre avec les crevettes auxquelles elles ne sont pourtant apparentées dans la systématique que jusqu'à la classe ( Malacostracés). Le corps est organisé en trois parties- le Céphalothorax présente notamment une paire d'yeux extrêmement performants montés sur des pédoncules articulés, les antennes ( dont les caractéristiques antennes balanciers placées de chaque côté des yeux) et cinq paires d'appendices.La seconde paire, fortement hypertrophiée et dont la forme est proche de celle des appendices protractiles de capture des mantes religieuses terrrestres, constitue les appendices dits « raptoriaux » terminés selon les espèces par une extrémité en harpon ou en marteau. - le Thorax est composé des quatre premiers segments et abrite les paraeopodes ( appendices servant au déplacement benthique) ainsi que les organes génitaux. - - l'Abdomen est, quant à lui, composé des six derniers segments et se termine par le telson. Il abrite les pleopodes qui sont aussi le support des branchies de l'animal.

Descriptif écologique

La plupart des espèces vivent dans les cavités des roches et patates coralliennes. D'autres vivent dans les terriers creusés dans le sable. Certaines pratiquent la chasse à l'affut.

Taille Maximale

32 cm de long pour Hemisquilla californiensis et Lysiosquillina lisa ( espèces à marteau) et 40 cm pour Lysiosquillina maculata ( espèce à harpon). La plupart des espèces rencontrées ne dépassent guère le décimètre. On note tout de même une taille jusqu'à 18 cm pour la très célèbre Odontodactylus scyllarus.

Rareté

Relativement communes, les squilles sont introduites dans les aquariums avec les pierres vivantes et sont parfois même proposées à la vente en animalerie.

Comportement

Un potentiel agressif envers la plupart des animaux même de taille supérieure est indéniable chez ce prédateur dont l'intelligence est remarquable, additionnée d'une curiosité naturelle pour tout ce qu'il l'entoure.

Risques

En théorie, on considère toute association impossible par sécurité, mais même si on privilégiera la maintenance en bac spécifique, de petites espèces bien nourries pourront vivre en bac communautaire sans faire (trop) de dégâts.

Difficultés

Relativement aisée, il faudra simplement veiller à garder des paramètres corrects (adaptés selon l'espèce maintenue) et stables en évitant à tout prix les variations brusques, en particulier salinité et température.

Reproduction

Ce stade de la vie des Stomatopodes est encore méconnu du monde scientifique. La reproduction est sexuée et aboutit à la ponte d'une masse d'œufs gardés par la femelle dans le terrier jusqu'à l'éclosion qui a lieu une à trois semaines plus tard. Les larves sont pélagiques et vivraient à proximité de la surface. Elles ne rejoignent le substrat qu'une fois leurs métamorphoses (successions de mues accompagnées de changements morphologiques et comportementaux) accomplies. Certaines espèces sont monogames et vivent dans le même terrier.

Conseils

Toujours considérées comme indésirables à cause de leur comportement naturel de prédateur, les squilles sont pourtant des animaux d'une intelligence extraordinaire, et par là-même, fascinantes à observer.On peut soupçonner la présence d'une squille sans même l'avoir jamais vue par les claquements émis lors du choc de l'appendice raptorial ( pour les espèces à marteau) contre un gastéropode par exemple. ATTENTION, CEPENDANTIL PEUT AUSSI S'AGIR D'UNE ALPHEUS DONT LE NOM VERNACULAIRE DE « CREVETTE PISTOLET » VEUT TOUT DIRE !Une fois, l'animal repéré et identifié, ne faites pas l'erreur d'essayer de la tuer car, si vous ne tenez pas à la garder, d'autres aquariophiles pourraient bien être heureux de l'accueillir.Les pièges classiques ne marchant généralement pas, la solution réside dans la recherche de la pierre où se cache la crevette-mante qu'il suffira de sortir et de secouer au dessus d'un seau avec un fonds d'eau du bac. Ou alors, le traitement le plus rude mais efficaceplonger la pierre dans de l'eau douce pendant quelques instants, la squille sortira de sa cachette pour tenter de quitter ce milieu inhospitalier. Attention à vos mains pendant l'opération, l'appendice raptorial peut aussi être employé à des fins défensives, les plongeurs et les pêcheurs qui les trouvent ne les appellent pas Thumb Splitters (fendeurs de pouce) pour rien. Dans l'optique de la maintenance, on veillera à choisir un aquarium au verre assez épais car les mantes sont tout à fait capables de faire voler en éclat les vitres de leur bac.Pour de plus amples informations, visitez ces sites anglophoneshttp://www.ucmp.berkeley.edu/arthropoda/crustacea/eumalacostraca/royslist/index.htmlhttp://www.ucmp.berkeley.edu/aquarius/index.html

Volume minimum du bac

Selon les espèces de 10 à 100 litres et jusque 200 litres pour les espèces les plus imposantes.

Messagerie privée

Vous n´êtes pas identifié(e).

Connexion

T'es qui toi ?