Francenanorecif

Anémones : Aiptasia sp. -

Nom Scientifique

Aiptasia sp.

Famille

Aiptasiidae

Nom Commun

Aiptasia, Anémone de verre

Nom Anglais

Aiptasia, Glass anemone

Description

Ces anémones sont constituées d'une colonne lisse et assez longue (bien quelle puissent se rétracter fortement en cas de perturbation), et d'un disque buccal tout aussi lisse entouré de tentacules plus ou moins longs disposés le plus souvent de façon irrégulière.D'aspect transparent (d'où le nom vernaculaire d'anémone de verre) le corps laisse paraître le coelenteron, autrement dit la cavité gastrovasculaire, qui s'étend verticalement dans la colonne depuis la bouche.Le disque pédieux (le pied) est plat et peut se fixer sur tout substrat.La couleur varie de l'incolore au brun verdâtre plus ou moins foncé selon la concentration en zooxanthelles qui occupent les tissus de la colonne, des tentacules et du disque buccal.En cas de stress important, Aiptasia sp. peut éjecter de fins filaments très urticants, les aconties, via des orifices situés à mi-hauteur dans la colonneles cinclides.

Descriptif écologique

Préférera les zones éclairées mais ne délaissera pas nécessairement les zones plus ombragées où elles seront bien moins imposantes que leurs comparses des zones lumineuses mais pourront largement proliférer à l'abri des regards. Tout substrat est potentiellement colonisableroches, sable, verre, algues, coraux...

Taille Maximale

En moyenne jusqu'à 5cm de haut.

Rareté

Il est très rare...de ne pas la rencontrer

Comportement

Risque de se multiplier de façon exponentielle.

Risques

Extrêmement urticantes, les Aiptasia peuvent, dans le meilleur des cas incommoder, ou sinon gravement bruler et voire même tuer des colonies coralliennes moins urticantes qu'elles, ainsi que d'autres invertébrés sessiles ou non et poissons (surtout ceux de petite taille).

Difficultés

S'en débarrasser.

Reproduction

La multiplication peut mettre un peu de temps à se mettre en place, mais après une période relativement latente, on peut subitement assister à une véritable explosion démographique...Un petit morceau arraché deviendra un nouvel individu complet, c'est la reproduction par fission. On observera aussi des multiplication par lacération du pied qui donnera naissance à de nombreux polypes filles.Quant à la reproduction sexuée, elle se fait par émission de gamètes mâles et femelles dans le milieu où se produira la fécondation (les Aiptasia sont gonochoriques).Les larves, ou planulas, évoluent dans la colonne d'eau avant de se fixer sur le substrat.

Conseils

Agir immédiatement dès l'apparition du premier individu, sinon la situation peut vite devenir hors de contrôle. Inspecter systématiquement tout nouvel entrant (pierres vivantes, coraux...) avant de commencer son acclimatation, et se débarrasser des Aiptasia trouvées sans attendre.Si l'invasion a commencé, alors plusieurs méthodes existent. On les sépare selon leur naturechimiques ou biologiques, les méthodes mécaniques étant à proscrire du fait des risques de propager encore plus l'anémone en arrachant un morceau. ## - Méthodes chimiques -Toujours utilisées malgré les risques encourus de perturbation de l'équilibre chimique de l'eau et leur application parfois fastidieuse, elles consistent à -injecter dans le corps de l'anémone des substances comme de l'acide chlorhydrique à 30%, de l'acide citrique, de l'eau oxygénée, une solution d'hydroxydes de calcium, une solution saline très concentrée, une solution de vinaigre blanc, etc...Pour se faire on utilisera une seringue munie d'une aiguille de préférence longue et fine, et on injectera le produit choisi par la bouche de préférence. Cette tache s'avère difficile car l'anémone se rétracte facilement et devient impossible à piquer...Moins d'un millilitre par animal suffit en général (à adapter selon sa taille), et il est souvent préférable de ne pas piquer toutes les Aiptasia en une seule fois mais plutôt d'étaler le traitement sur plusieurs jours pour éviter des conséquences fâcheuses sur l'équilibre de l'aquarium. -appliquer sur l'Aiptasia des substances qui finiront par la tuer. On peut en fabriquer une, obtenue grâce à de l'hydroxyde de calcium mélangé à un peu d'eau jusqu'à obtenir une bouillie laiteuse avant de la passer quelques secondes au micro-onde pour lui donner une consistance visqueuse. Appliquée sur le disque buccal grâce à une seringue sans aiguille, l'anémone ne pourra s'en défaire et dépérira (Ron Shimek).Les produits comme Joes'juice ou encore Aiptasia X sont disponibles dans le commerce. Assez simples d'utilisation, ils sont tout deux à appliquer simplement sur la bouche de l'animal. Se référer à la notice fournie avec ces produits. Pour toutes ces techniques, il est préférable de couper le brassage lors des manipulations dans le but évident de ne pas diluer les produits dans tout l'aquarium...La réussite reste souvent aléatoire, que ce soit à cause du produit utilisé et/ou d'une mise en œuvre ratée, le tout associé au formidable pouvoir de régénération et de reproduction des Aiptasia. ## - Méthodes biologiques - Très en vogue pour leur aspect moins violent, naturel et bien plus pratique à appliquer, ces méthodes consistent à confier le « sale boulot » à des prédateurs naturels de l'espèce indésirable.En l'occurrence on pourra choisir (selon le type d'aquarium, la population déjà en place et les projets de l'aquariophile sur le long terme) Acreichthys tommentosus, Chaetodon kleinii et Chelmon rostratus qui seraient de bon candidats parmi les poissons.Les crevettes Lysmata wurdemanni peuvent aussi représenter une aide efficace.Tout en s'attachant à étudier les besoins de ces animaux avant de se décider, il vous faudra aussi savoir que chaque individu ne chassera pas nécessairement l'anémone de verre... Et que certains s'intéresseront également de près à d'autres animaux peuplant le bac, tels que les vers tubicoles, bivalves, coralimorphaires et coraux.En fait, le seul animal sur lequel on pourrait vraiment compter est Berghia verrucicomis (nudibranche), qui se nourrit exclusivement d'Aiptasia!Ceci-dit, cet animal dépérit dès lors que l'espèce qui constitue son unique ressource alimentaire a disparu, il faudra donc veiller à leur en fournir à nouveau (un comble...) ou les confier à d'autres aquariophiles une fois leur travail accompli. Une limace seule mangera entre une à dix Aiptasia par jour, voire une seule sur plusieurs jours pour de très grosses anémones. Et comme pour tous les nudibranches, ATTENTION AUX POMPES! A mi-chemin entre les méthodes chimique et biologique, une méthode originale consiste en l'utilisation du pouvoir urticant d'un corail dépassant celui des Aiptasia. Parmi les candidats on retrouve Catalaphyllia jardinei, de préférence une petite tête qu'il faudra simplement poser tête en bas sur l'anémone durant environs 5min. Celle-ci se verra immédiatement foudroyée par le venin du corail et mourra rapidement sans laisser de tissus qui pourraient se régénérer. D'autre méthodes comme l'électrocution (aiptazer), l'injection d'eau bouillante ou la technique dite de la coquille de moule percée peuvent aussi être envisagées, avec des résultats mitigés selon les expériences...

Volume minimum du bac

Aucun

Anémones : Majano sp.

Photo

Nom Scientifique

Anemona majano

Famille

Actinaria

Nom Commun

Majano

Nom Anglais

Majano

Description

Anémone typique de petite taille mais qui peut atteindre plusieurs cm de diamètre. Disque oral avec plusieursRangées de tentacules, avec souvent le bout arrondis et colorés de vert. Le disque oral et la colonne sont beigeClair, la colonne possède une base charnue. Cette anémone se séplace rapidement et se place dans les zones les plusEclairées. Peut parfaitement saisir de la nourriture.

Risques

Cette anémone se divise rapidement couvrant de grandes surfaces dans le bac. Elle peut être urticante pour d'autres animaux.Moyens de lutteOn peut utiliser tous les moyens de lutte chimique utilisés contre les Aiptasia sp. ; Sa colonne n'est pas profondément ancrée dans une roche mais au contraire très étroitement plaquée contre la surface du substrat, malgré tout toute lacération du pied peut conduire à l'apparition de nouveaux individus.Cette anémone ne se rétractant pas dans son trou mais se mettant en boule, on peut plus facilement la piquer. Elle peut manifester une résistance aux produits comme Joe's Juice ou Aiptasia Ex.Il n'existe pas de limace la consommant, le seul animal connu pour contrôler ses populations est le poisson papillonChaetodon xanthurus, seulement pour les plus grands bacs.

Messagerie privée

Vous n´êtes pas identifié(e).

Connexion

T'es qui toi ?